• On fait comme si le Covid n'existait pas wink2, prenez date :

     

    C'est au Camping LA BOHEME à TOURNON SUR RHONE que nous vous recevrons pour l'édition 2021.

    Du vendredi 11 au dimanche 13 juin 2021 pour les solos et sides d'avant 1960

    Du vendredi 24 au dimanche 26 septembre 2021 pour la "spéciale sides" d'avant 1965.

     


    votre commentaire
  • Bientôt des nouvelles ...

     Nous y voilà:

    PERIPLE CORSE II

    du 3 au 11 Octobre 2020

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    Cette année, comme chaque année, nous voilà repartis pour de nouvelles aventures.

    Cette fois-ci, ce sera la Corse.

    L'organisation est prête, ou du moins, quasiment !

    Depuis plusieurs mois, les réservations: bateaux, gîtes, restos, etc..., sont lancées, mais peu de retours de notre référent en Corse.

    De plus, le petit virus qui chamboule la planète entière s'en mêle.

    Hésitations, espoir puis consternation pointent le bout de leur nez.

    BON, faut bien prendre une décision.

    Ce sera l'annulation du "Périple Corse" 3 semaines avant le départ, et mise en place du "Plan B".

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Nous décidons donc de rester sur le continent, mais afin de varier les plaisirs et les découvertes, nous ferons la moitié du séjour en Auvergne, et l'autre moitié, en Aveyron, 2 régions que nous connaissons bien et que nous apprécions beaucoup.

    De beaux paysages et de belles routes.

    Ce choix se fait aussi fonction de l'actualité de la pandémie, nous éviterons les régions en "rouge".

    Evidemment, il a fallu trouver 2 points de chute, un par région, et tracer des parcours, sympas si possible, et faire les road-books.

    Ce fut fait en une semaine, CHAPEAU VAL !!

    Le petit groupe attend avec impatience, chaque année, le départ, ce coup-ci, ce sera en voiture.

    Déjà, la veille (le Vendredi soir), Françoise, Xavier et Yves arrivent à la maison, la peur de rater le départ sans doutes !

    SAMEDI 3 :

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

     

    En fin de matinée, arrivée de la plupart des participants. Nathalie et Eric, Jacqueline, Alain, Michèle et Eric nous rejoignent pour un départ en début d'après-midi en direction de St Jean des Ollières, au gîte "Le Centre d'Ailleurs" où nous rejoindront "Pétronille" et Henri.

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

     

     

    Nous arrivons vers 17h, déchargement des motos, anciennes évidemment, de 1930 pour la plus ancienne, à une jeunette de 1968.

    Celle-ci, bien récente, sera promue: "Moto Balai".

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    18h, les festivités commencent, Marc, un pote de la région, fête ses 60 ans.

    Il arrive avec un groupe de copains pour marquer le coup avec un apéro digne de ce nom.

    Heureusement, la salle du gîte est grande, nous nous retrouvons une trentaine à fêter l'évènement en évitant les embrassades et autres rapprochements déconseillés, pour un moment arrosé comme il se doit.

    Nous ne roulons plus ce soir et le sommeil se trouvera plus facilement.

    Petit repas régional: Mont Dore, charcuterie et patates, comment ? C'est pas Auvergnat ?

    AU LIT !

    DIMANCHE 4 :

    Début des hostilités.

    Aujourd'hui, nous avons décidé de faire 2 balades avec retour au gîte à midi, et tout ça sans assistance, tout le monde roule (on a bien dit: Périple).

    Nous partons en direction de Fayet le Château et Billom où nous nous arrêtons pour une petite pause café, chez Marc, qui nous fait visiter son atelier, rangé pour l'occasion, et nous y découvrons de belles pièces: Peugeot MD2, Magnat Debon aviation, Monet Goyon LS4, Stylson, Favor, etc... plus quelques voitures dont une Mathis, un vrai petit musée !

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Nous ferons plus de 70 kms avec 12 motos pour 13 personnes, en effet, un seul couple roule à 2 sur une belle Guzzi.

    Tout le monde roule, autant les filles que les garçons.

    L'après-midi, ce sera balade vers le sud sur 72 Kms. Val monte dans le side-car, ça fera une moto de moins, mais toujours sans assistance.

    Nous passerons à St Eloi La Glacière, BRRrrr ! Fait pas chaud.

    Pause au bord d'un lac, là, Alain, sur Monet Goyon 350 G, nous explique qu'il a des problèmes de boîte à vitesses, des bruits pas très "catholiques", mais ça fonctionne encore.

    Nous décidons de rentrer en raccourcissant par Echandelys. Nous redescendons une magnifique vallée jusqu'à Sauxillange, Sugères, et retour au gîte.

    Finalement, nous n'aurons économisé que quelques malheureux Kms.

    Le soir, on regarde la boîte, on ne découvre pas grand chose, peut-être un petit réglage du sélecteur à main ? 

    On dira que ça devrait le faire.

    Soirée Auvergnate: Gratin de Ravioles, comment ? Ce n'est pas Auvergnat ??

    LUNDI 5 :

    Les volcans d'Auvergne.

    Aujourd'hui ce sera avec assistance, Valérie s'y colle.

    il faut dire que nous avons prévu un pique-nique, donc pour le transport du matos, y a pas le choix.

    Nous voilà partis en direction de Vic le Comte.

    La boîte d'Alain fait toujours des siennes.

    Nous arrivons sans encombres à Fontenille, petit hameau isolé au sommet d'une colline, magnifique.

    Il faut noter que depuis le début de notre aventure, les nuages, bien menaçants, nous poursuivent mais nous arrivons à les maintenir à distance. Quelques gouttes de pluie tout au plus.

    Là, Laurence nous reçoit chez elle et ça tombe bien, il fait plutôt frisquet.

    Nous aurons donc la chance de pique-niquer au coin du poêle à bois, bien au chaud.

    Petit apéro, léger, la route nous attend, grillades sur des barbecues jetables qui ne fonctionnent pas très bien, les godiveaux (chipolatas) et merguez finiront de cuire à la poêle !!!.

    Petit tour chez un producteur de St Nectaire pour faire quelques emplettes et nous voilà prêts à repartir.

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Nous chargeons la moto d'Alain, la boîte émet des bruits de plus en plus inquiétants accompagnés de ralentissements brusques, la prudence prend le dessus.

    Nous nous rendons compte qu'une bague a pris la poudre d'escampette.

     

     

    Nous démarrons sous une pluie fine et pénétrante qui nous suivra sur les 20 premiers Kms, puis, ce sera un ciel mitigé mais routes sèches.

    Nathalie se plaint d'une moto à la conduite hasardeuse, ça saucissonne dans tous les sens, résultat, 5 rayons cassés à la roue arrière, on charge !

    Une fois rentrés au gîte, un petit coup de fil à Marc, il faudra faire un petit tour chez lui pour réparer, il a tout ce qu'il faut.

    Alain et Eric y ont et reviendront un peu plus tard avec la roue réparée et une boîte E (réputée introuvable) complète et en bon état pour la G d'Alain.

    MERCI MARC.

    Le soir, nous aurons la visite de Babeth (Tour d'Auvergne) et de Patrice (Tour du Quercy/Rouergue) pour un superbe moment bien animé en leur compagnie agrémenté d'un poulet coco réalisé par Jacqueline.

    Pas Auvergnat du tout  ...

    MARDI 6 :

    Sur une suggestion de Michèle et Eric, nous allons visiter le musée Baster à Riom aujourd'hui, en motos.

    Alain fera l'assistance, la boîte n'est toujours pas remontée.

    Marc nous rejoint pour la visite et le repas à l'Indian Saloon.

    Mr Baster ouvre son musée juste pour nous, sympa !

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    Nous nous en mettrons plein les yeux, pensez donc, 600 motos exposées, ça cause !

    Retour en direction du gîte guidés par Marc pour nous sortir de cette zone industrielle où ça circule pas mal.

    Nous ferons un petit arrêt carburant quand tout à coup le patron de la station nous interpelle.

    Il veut nous montrer quelque chose.

    Il s'agit d'une photo datant des années 20 qui représente le départ d'un rallye motos dans son village.

    On y reconnait quelques Harley de la grande guerre et des marques régionales comme Favor entre autres.

    Ce soir, au repas, ce seront les restes, après chargement des motos et mécanique pour Alain.

    Il monte la boîte prêtée par Marc et EUREKA, ça fonctionne.

    MERCREDI 7 :

    Programme: rangement, ménage et un peu de bruit pour saluer une dernière fois la voisine qui s'est plainte au maire du village que nous faisions du bruit à 9h du matin lorsque nous démarrions pour nos balades, et enfin, départ pour l'Aveyron, à Onet le Château.

    2h1/2 de route, d'autoroute plus précisément, dont une pause pour admirer le Viaduc de Garabit

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    et arrêt repas à La Canourgue.

    Nous y retrouvons 2 participants de plus: Anna et Momo qui seront avec nous pour la 2ème partie de ce périple.

    L'après-midi, un petit groupe, les filles principalement, continueront à moto, il reste environ 70 à 75 km à parcourir par les petites routes, pendant que nous, nous continuerons avec voitures, fourgons et remorques par l'autoroute pour se rendre au 2ème Gîte.

    Nous arrivons au Moulin de Cantaranne, endroit extraordinaire où nous prenons possessions de notre magnifique salle.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Le propriétaire, amateur de motos, très sympa nous reçoit admiratif devant les machines encore sur leurs remorques. On visite et déjà, au loin, on entend le bruit des anciennes qui se rapproche, les filles ont bien roulé.

    Nous nous installons, apéro retrouvailles, et oui, il y a des nouveaux, et nous pouvons passer aux recettes Aveyronnaises, ce soir: Couscous ..?

    JEUDI 8 :

    Journée dans le Rouergue.

    Le matin, Thierry à l'assistance, puis changement, l'après-midi, ce sera le tour de Val.

    Nous passons par Flavin, Baraqueville, Sauveterre de Rouergue, Rieupeyroux.

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

     

                 

     PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

     

     

     

     

     

     

    Après quelques "jardinages", Michèle et Eric prendront la tête du convoi, lui au guidon de la magnifique et fiable Guzzi, elle en passagère et en tant que Maître du GPS et de la carte, et nous emmèneront jusqu'à Compolibat où nous ferons un pique-nique au bord de l'Aveyron en crue, et surtout, au soleil.

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Le retour se fera par le magnifique village de Belcastel pour une pause café / bière, Gaufre (pour Val),

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

     

     

     PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    puis, Clairvaux d'Aveyron, Cougousses et retour à Onet le Château par Rodez.

    Le soir, un peu de mécanique, la LS4 fait un bruit de boîte inquiétant, décidément, la réputation des MG en prend un coup.

    En fait, ce n'est que la chaîne primaire qui grogne, tout rentre dans l'ordre une fois changée.

    On vous le dit: une Monet Goyon ne tombe jamais en panne, ce ne sont que des réglages !

    Cette belle journée se finit autour d'une...ou plutôt 2 têtes de veau, enfin, un repas local.

    Faut dire que nous sommes allés faire nos courses chez un boucher éleveur digne de ce nom.

    Comme le propriétaire du gîte nous l'avait précisé, "Ici, dans l'Aveyron, les gens aiment bien manger, et surtout la viande, alors, les mauvais bouchers ne font pas long feu."

    VENDREDI 9 :

    Le Pont de Millau.

    Val se charge de l'assistance.

    A peine avons nous roulé une dizaine de Kms, suite à une erreur sur un croisement, un accrochage se produit entre le side-car et la LS4, résultat, plus de peut que de mal, un peu de ferraille tordue, rien de bien grave.

    Nous continuons après avoir chargé la moto, le side, lui, continuera avec un marchepied en moins.

    Passage à Cassagne et Bégonès où nous étions déjà venus pour une rencontre de motos anciennes il y a quelques années, puis Salmiech.

    Nous y faisons une pause café, Là, un homme vient à notre rencontre, admire les motos puis rentre au café.

    Il en ressort en nous disant qu'il nous offre nos consommations. En fait, il s'agit du maire du village tellement content de voir l'animation produite par nos anciennes qu'il en fera même un article dans la gazette locale.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    Magnifique moment inopiné qui nous remet du baume au cœur, ça devient rare !

    Nous repartons en direction de St Rome du Tarn où nous prendrons un très bon repas au restaurant, très sympa.

    L'après-midi, ce sera Henri le chef de convoi, il connait bien la région et nous emmènera jusqu'au pont de Millau.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    C'est Jacqueline qui se charge de l'assistance, Val dans le side.

    Nous passons sous le fameux pont, impressionnant !

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Puis retour par Montjaux, Canet de Salars, dans une montée, Nathalie s'arrête tout à coup, panne d'allumage, définitive, plus moyen de redémarrer, chargement dans l'assistance, on saura plus tard qu'il ne s'agissait juste du condensateur qui avait rendu l'âme.

    Retour au gîte après une journée bien remplie et 190 Kms au compteur.

    Nathalie et Eric chargent leurs motos, en effet, pour eux, c'était le dernier jour de roulage, demain, après le repas de midi, ils retournent directement chez eux, Nat a un matche de foot super important Dimanche, il en va de sa future carrière (du moins, c'est ce qu'elle nous a laissé croire). Son équipe en sortira gagnante, c'est la moindre des choses !

    Ce soir, ce sera AÏOLI ... Je sais, pas trop typique non plus.

    SAMEDI 10 :

    Journée chez les "Belges / Aveyronnais"

    Eric à l'assistance.

    Pour ce dernier jour de roulage, Alain décide d'attaquer "tout feu tout flammes".

    Un coup de kick et la G s'enflamme.

    Affolement général, et un bidon de 5l d'antigel viendra à bout de l'incendie avec une efficacité extraordinaire.

    Nous avions déjà vécu un moment équivalent il y a quelques mois lors d'un arrêt, un bonhomme qui était là avec sa Peugeot 203, sans s'affoler, était venu éteindre le feu avec son bidon de liquide de refroidissement avec succès.

    Du coup, pour ce périple, nous décidions de nous équiper d'un bidon de ce produit miracle, sait-on jamais ?

    Le départ prévu à 8h30 se fera à 9h, la G restera surplace, l'abondance du liquide empêchant son démarrage, mais elle n'en garde aucune trace du sinistre, OUFF !

    Nous voilà partis sous un épais brouillard et nous n'avons même pas le couteau pour le couper.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    Visibilité nulle pour nous et encore moins pour ceux qui nous croisent.

    Les éclairages de nos machines se font très, trop discrets, on sort les gilets jaunes.

    Françoise en profite pour tomber en panne, peut-être espérait-elle qu'on ne s'en rende pas compte ?

    Soupape cassée, assistance obligatoire !

    Nous continuons en direction de Pierrefiche, nous retrouvons Arsène sur la route en compagnie de Domi en passager de son petit side-car Monet Goyon 232cc bien vaillant, qui avait fait la Corse avec nous il y a quelques années.

    Arrivés à Pierrefiche et reçus par Brigitte, l'habituelle passagère du side et accessoirement épouse d'Arsène, certains d'entre nous vont continuer en direction du marché de St Geniès d'Olt y faire quelques courses.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    Les autres discutent autour des motos d'Arsène, dans son petit musée perso, il aime les Monet Goyon semble t'il.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

     

    Brigitte nous a concocté un délicieuse Carbonnade Flamande, la recette n'est pas Aveyronnaise mais la viande est bien d'ici, excellent !

    Sans oublier de remercier chaleureusement nos 2 hôtes pour leur super accueil, nous nous préparons à repartir.

    Nous décidons de raccourcir un peu le parcours, les Kms de la semaine commencent à se faire sentir.

    Le soleil est revenu, nous profitons d'une belle après-midi pour rentrer au gîte pour ce dernier soir ensemble.

    Quelques grillades d'agneau (de la région) et toujours la bonne humeur agrémenteront cette soirée.

    DIMANCHE 11 :

    Les chargements sont prêts, le ménage fait, tout le monde se prépare à rentrer, mais depuis hier soir, on sent bien que personne n'est pressé de finir ce périple.

    Certains ont donc décidé de faire quelques détours pour ramasser des noix et des châtaignes.

    Nous, pour notre part, décidons de relier Rodez à Aubenas en passant par Balaruc les Bains près de Sète.

    Bon, évidemment, il y a plus court, mais nous nous sommes laissés tenter par un petit plateau de fruits de mer au bord de l'eau en compagnie d'une bonne partie de l'équipe, du coup, on gagne une 1/2 journée supplémentaire avec les copains. 

    Et retour à la réalité qu'on avait pu mettre de côté pendant une semaine.

    PERIPLE CORSE 03-11 octobre 2020

    Encore un super moment passé ensemble.

    Pour conclure,

    après une semaine et 1000 kms en motos anciennes, encore un périple plein d'aventures, d'émotions et de moments inoubliables.

    chaque année, nous attendons ce moment avec impatience, et à chaque fois nous avons l'impression de passer la semaine la plus courte de l'année.

    Mais nous, nous avons l'avantage de l'organiser, ce qui nous donne l'illusion d'en profiter pendant plusieurs mois.

    UN GRAND MERCI à tous les participants, aux amis que l'on croise ici ou là, et aussi aux personnes que l'on découvre lors de nos balades et qui, sans le savoir, font partie intégrante de la réussite de ces périples.

     

     Cliquer ici pour voir les photos

    Et n'oubliez pas d'aller visiter le site de henri qui a fait aussi un très beau reportage sur ces aventures

     

     


    4 commentaires
  • Les dates : 

    Pour les solos          12-14 juin 2020    Reporté au 12-13/06/2021

     

    Pour les side-cars :   25-27 septembre 2020

     

    C'est au Camping LA BOHEME à TOURNON SUR RHONE que nous avions donné rendez-vous aux side caristes, ce vendredi 25 septembre 2020 en fin d'après midi.

    Le temps est très maussade pas de baignade, ni en rivière, ni en piscine,

    RETRO TOUR ARDECHE 2020

     

     

    L'ambiance est chaleureuse dans la soirée pour ces retrouvailles en petit comité : nous sommes 21 personnes soit 11 sides. On ressent l'envie de rouler de tous, car les occasions furent rares, cette année.

    Samedi matin : pluie au réveil et pendant le petit déjeuner crycrycry

    Justement, 2 jours avant, inquiets par la météo nous avons essayé de trouver un endroit pour faire notre pique-nique à l'abri. La salle du village n'était pas disponible, au musée, pas de possibilité, nous décidons d'appeler Pascal qui me répond " vraiment à 40 km à la ronde je ne vois rien" sarcastic 

    " Par contre, à 800 m de l'endroit que vous aviez prévu, je viens de tomber les cloisons d'un bâtiment qui me servait de bureau, ça vous conviendrait ? " Tu parles ! Bien sur smile !!!

     

     

    Cette année nous sommes très heureux d'accueillir 2 jeunes : 

    RETRO TOUR ARDECHE 2020

     

     

    Allez, combines de pluie et c'est parti ! 

    Ah mince, pas pour tout le monde ...

    Un premier side-car restera au camping pour tout le week-end, problème d'embrayage. 

    Dès qu'on quitte le camping la pluie s'arrête. 

    Nous sommes contents de prendre de toutes nouvelles routes pour le Rétro Tour de l'Ardèche car nous n'étions jamais venu autant au Nooooooord !

    Une petite visite du Musée de l'Alambic à Saint Désirat pendant laquelle Pascal nous rejoint afin de nous inviter ensuite, dans son local pour prendre le repas au sec ( en effet, quelques averses ont lieu pendant le repas).

    Nous étions chez un fidèle du Rétro Tour de l'Ardèche Saison 1 :

     

    RETRO TOUR ARDECHE 2020

     

     

    Après le repas, le ciel toujours menaçant incite à faire un raccourci au parcours, mais finalement dans l'après midi toujours pas une goutte. cool Il ne faisant pas chaud sur les hauteurs :

    RETRO TOUR ARDECHE 2020

     

    Le mauvais temps du lendemain nous incite à proposer une balade plus courte que les 100 km prévus dans la matinée. Certains hésitent mais se décident finalement. Je crois qu'ils n'ont pas regretté :

    Les gorges du Doubs sont vraiment magnifiques, la route est belle et le casse-croute ardéchois bien réconfortant : 

    RETRO TOUR ARDECHE 2020

    N'est ce pas Michel ? 

     

    Retour en fin de matinée au camping où le 2ème repas préparé par les gérants du camping,  très sympathiques, a été très apprécié, avant de se séparer jusqu'à nos prochaines aventures ! 

    Un grand merci à tous les participants qui ont bravé le froid, pour votre gentillesse et bonne humeur. Merci à Charles pour la petite visite et à Pascal pour son local ! 

     

     

     L'anecdote du Tour :   

    Il a plu tout le week-end sauf pendant que les side-cars roulaient.

    Pluie vendredi soir, averses samedi midi, pluie samedi soir, dans le nuit et au matin.

    Pas UNE GOUTTE en roulant, il y a des chanceux !!!

     

    Cliquer ici pour voir les photos

     

    Cliquer ici pour voir le blog de l'AAMA :

    Il faut aller sur BLOG puis sur l'article Rétro Tour sides. Un petit reportage bien sympathique, Merci !

     

     


    votre commentaire
  • Ce nouveau périple, en fait, n'était pas une organisation comme à l’habitude.

    Tout démarre sur un SMS de Yves :

    "Thierry, en rangeant mon atelier, j'ai découvert un chauffe-eau à gaz de 1998, neuf.

    Il irait bien à AOULOUZ.

    Qu'en penses-tu ?"

    Signé: Yves.

    Suite à ce message, Val fonce sur internet, et trouve 2 billets A/R pour AGADIR au mois de MARS.

    Réponse au sms: 

    " Yves, prépares tes bagages, on part à AGADIR"

    Réponse de Yves:

    "BANCO".

    Et nous voilà à nous organiser.

    Ce chauffe-eau, pourra t'il passer en soute dans l'avion ? Et la douane ?

    Nous avons bien pris un billet d'avion avec supplément bagage soute jusqu'à 20 Kgs.

    Pour la douane, pas de problèmes.

    Pour la compagnie aérienne, par contre, pas possible.

    Nous décidons donc d'envoyer le chauffe-eau par la poste, destination, un hôtel d'AGADIR où nous

    avons l'habitude de passer régulièrement, on verra bien !

    A une semaine du départ, un pote: Christophe, nous invite à manger chez lui et sa compagne: Cathy.

    Après un apéro "viril mais correct", nous en venons à parler du MAROC.

    Il y est déjà allé plusieurs fois il y a plus de 15 ans, il rêve d'y retourner.

    Re BANCO, internet à nouveau, et le voilà avec son billet d'avion.

    On profite de notre légère euphorie pour demander à Cathy, qui bosse pour une entreprise qui commercialise des orthèses si elle n'en aurait pas à donner ?

    Cela fait quelques années que régulièrement, on en apporte au Maroc pour les donner, 

    là bas, ils en ont besoin, mais n'ont pas les moyens de se les payer.

    Cathy en a tout un stock, et aussi des bas de contention en quantité.

    Nous pensons à notre bagage soute inutilisé, ce sera l'occasion de le remplir.

    Nous préparons donc un gros sac que nous remplissons de coudières, genouillères, etc...

    Plus un gros lot de Bas de contention.

    Tous les 3, nous nous retrouvons Lundi, le Jour "J" pour le départ.

    En cours de route et dans l'avion, les discussions vont bon train, et nous en venons à nos aventures marocaines du périple 2015 (Voir plus loin dans notre blog).

    La fameuse année, où avec Yves (le pauvre, toujours lui) nous avons été bloqués à la douane de TANGER avec les motos.

    Avec Yves, nous expliquons nos déboires à Christophe, et je m'entends encore lui dire:

    "Tu sais, au MAROC, c'est toujours une aventure"

    Nous atterrissons à AGADIR, descente de l'avion, passeport, un petit document que nous signons comme quoi nous déclarons sur l'honneur que nous n'avons pas le Covid 19 ! ??? ...

    Et la DOUANE !!

    Là, problème: mon gros sac les interpelle.

    "Qu'est ce que c'est !"

    Me voilà bloqué, "pourquoi autant de collants, qu'est ce que c'est que tout ça ? "

    Mes 2 acolytes sont passés et m'attendent dehors, on avait bien prévu un petit papier expliquant tout ça, mais là de suite, il était dans la poche de Christophe qui est dehors avec impossibilité de revenir en arrière pour venir m'aider.

    Du coup, je me retrouve à attendre une bonne heure avec un douanier en train de vider mon sac que j'avais mis un bon moment à organiser pour en rentrer un maximum.

    Enfin, LA chef de douane s'approche, une jeune femme plutôt jolie, agréable à regarder ...

    OUPS, j'arrête, Val est derrière moi !!!!

    Elle me dit: "Qu'est-ce que c'est ? " en regardant tout ce matériel et surtout les bas.

    Je lui réponds: "Mme, c'est pour offrir à l'hôpital d’AOULOUZ"

    Elle: " C'est pour du commerce ?"

    Je commence à penser que ça l'intéresserait bien, y'en a des jolis.

    Je lui réponds que non, c'est pour aider dans une petite ville où les gens n'ont pas de gros moyens.

    Enfin, elle me dit: " C'est la dernière fois, c'est pas comme ça qu'il faut faire"

    Et elle m'explique que je dois me mettre en relation avec une association locale pour justifier le passage de matériel médical ou paramédical.

    Je lui dis: "Pardon Mme, je ne le referais plus" (on se sent tout petit dans ces moments là)

    Et me voilà enfin libre de partir.

    Nous nous rendons à l'hôtel El Bahia, si un jour vous passez à AGADIR, je vous le recommande.

    Il faut demander l'Hôtel Bahia, à côté du cinéma Sahara, attention, il y a 2 hôtels Bahia, mais un seul à côté du cinéma, super sympa, très beau cadre, confortable, à prix raisonnable, et les patrons super accueillants.

    A côté, vous avez 2 restos sur la place, typiques, très bons et à tarif Marocain, vous pouvez faire un bon repas pour 45 Dh, soit environ 4,50 €, entrée, plat dessert (sans le vin happy )

    Et là, surprise, dans un coin de l'accueil, mon colis avec le chauffe-eau à l'intérieur, finalement, ça démarre plutôt bien.

    Nous passons la soirée ici, un petit repas en face, Harira, Tajine Kefta aux œufs, un thé et au lit !

    Le lendemain, Mardi, nous partons en direction de TARROUDANT, avec notre petite voiture de location, arrivés sur place, nous en profitons pour aller au Souk, très typique, et surtout tranquille par rapport à celui de MARRAKECH où les vendeurs vous sautent dessus sans cesse. 

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    L'après-midi, nous reprenons la route direction TASSOURTE, chez notre ami ABDALLAH qui nous recevra pour une réunion, une du genre que nous avions pris pour habitude de faire lors de nos périples précédents. (voir périples Marocains 2015 et 2018) "Apéro".

    Puis, poulet grillé, thé et Dodo.

    Mercredi matin, direction AOULOUZ.

    Nous ne suivons pas les informations, mais par sms, nos conjointes commencent à nous dire que le Covid 19 commence à faire des ravages en France.

    Nous,loin de tous ces problèmes, arrivons chez BRAHIM, un autre copain local d'AOULOUZ.

    Nous mangeons chez lui un succulent tajine bœuf que SAÏDA (sa femme) nous a préparé.

    L'après-midi sera consacrée à notre installation à TARGANTE pour y passer notre séjour.

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    Jeudi, AU BOULOT !

    Nous sommes venus pour installer un chauffe-eau, il faut nous y mettre.

    D'abord l'eau, il n'y en a pas !

    Un plombier local arrive avec sa mob et sa petite sacoche qui contient les 3 ou 4 outils indispensables: 

    une pince, un marteau, une clé à molette, et un foret de 8 à béton, mais pas de perceuse ni de perfo.

    Il se met au boulot, 1/2h plus tard, l'eau arrive à la maison.

    Pendant ce temps, Yves, plombier à la retraite, et Christophe, frigoriste ( oui, il faut savoir s'entourer des bonnes compétences), préparent le chauffe-eau.

    Yves demande au plombier si il a ce qu'il faut pour percer un trou de 8.

    "Pas de problèmes" le jeune plombier sort un petit clou à béton de sa sacoche et le marteau.

    En tapotant gentiment, il arrive à percer un trou parfait dans le mur, il y pose la cheville et serre le support du chauffe-eau. C'est parfait, Yves n'en revient pas !

    Ils posent l'appareil, branchent les tuyaux et nous voilà avec l'eau chaude au robinet, comble du confort !

    Nous passerons plus de temps à réparer toutes les fuites qu'à installer l'appareil. 

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    Le chauffe-eau installé : 

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    Remarquez qu'on a pris soin de faire un montage à la Marocaine: le chauffe-eau légèrement de traviolle.

     

    Le soir, ce sera réunion, puis café Berbère, et enfin, rentrés à la maison, douche chaude, une grande première ici, Thé et Dodo.

    Vendredi, jour saint ici, et surtout, jour du Couscous.

    On fera un peu de "lèche vitrines", enfin, si on peut l'appeler comme ça, un petit tour chez le barbier pour se faire rafraîchir un peu, et à midi, ou plutôt 13 voire 14h, Couscous de SAÏDA chez Brahim, le meilleur Couscous du Maroc,

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    à la viande de chèvre que nous avons acheté au Souk le matin.

    PERIPLE MAROCAIN "3"

    2 kgs de viande = 1/2 chèvre, vous savez, les petites chèvres noires locales, Un Régal !

    Avec quelques légumes : 

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    L'après-midi sera consacrée à la digestion et au farniente, c'est dur !

    Entre-temps, les nouvelles en Europe ne sont pas très bonnes:

    Les Frontières se ferment, c'est l’affolement général, ils sont tous au supermarché pour vider les rayons de PQ . ??? ...

    Samedi matin, 7h, heure locale (6h en France, val n'a pas du beaucoup dormir)

    Val m'appelle: "Prenez vos affaires, Partez de suite et trouvez un avion, les vols s'annulent, il vous faut rentrer au plus vite"

    Branle-bas de combat, je réveille les copains, un peu incrédules, nous voilà partis pour AGADIR, 160 Kms , 2h de route.

    Arrivés à l'aéroport, nous rendons la voiture au loueur, on devait l'avoir jusqu'au Lundi suivant, mais dans l'urgence, on a préféré régler ça .

    Et nous voilà à l'intérieur de l'aéroport, au milieu d'une foule en partie désabusée, d'autres surexcités, voire agressifs. On arrive à approcher d'un comptoir au bout d'une heure où le pauvre gars se fait insulter, incendier, et j'en passe, nous le plaignons, et il nous dit: Plus d'avions, il faut contacter l'ambassade et chercher des vols sur Transavia.

    J'arrive, au bout de X appels, à avoir l'ambassade qui nous conseille de sortir de l'aéroport à cause de la foule et de la transmission du virus, et de chercher sur internet des billets d'avion par la Cie Transavia ou Air France au départ d'Agadir ou Marrakech (200 kms d'ici).

    Avec Val, nous communiquons par sms et quelques coups de fil.

    Elle se met à chercher des vols, impossibles à trouver.

    Nous, nous sortons de l'aéroport et nous cherchons à louer une autre voiture, en effet, l'aéroport d'AGADIR est au milieu d'un NO MAN'S LAND, à une demie heure de la ville d'AGADIR.

    Les voitures ne se louent que par le biais d'internet, que nous n'avons pas bien évidemment.

    "Au SECOURS VALERIE" !

    Elle nous trouvera très rapidement un loueur, et par le plus grand des hasards, nous étions justement en train de discuter avec celui-ci. Je vous passe tous les déboires: paiement CB, caution, etc...

    Bon, nous avons une voiture, mais pas d'avion, et c'est mal parti pour trouver un avion.

    Nous décidons de retourner à AOULOUZ, finalement, là-bas, nous avons un logement gratuit (l'eau chaude), et nous y avons des amis, et aussi la possibilité de se contacter par Whatsapp du café de Brahim.

    Val, de son côté, cherche mais ne trouve pas. Quand un avion sort, les places sont prises en quelques minutes voire moins.

    Du temps, la France passe en phase 3, restaurants, bars, etc... ferment, confinement général, ça commence à craindre !

    Nous, nous commençons à nous poser des questions: 2 mois bloqués au Maroc, comment faire ?

    Bon, ce n'est pas gravissime, ici, les gens sont sympas et accueillants, déjà, la plupart de nos amis nous disent de ne pas s'inquiéter, ils nous aideront, peu importe le temps que ça durera.

    On commence à se dire que quand même on préférerait rentrer au pays.

    Dimanche, 

    on se lève "la tête dans le cul", pas de nouvelles, Val ne trouve pas d'avions.

    Tel à l'ambassade, rien de plus, on décide de rester à AOULOUZ aujourd'hui à attendre. On ne sait plus trop quoi d'ailleurs, on imagine Valérie en train de se battre avec ses ordis, toujours sans succés. Une belle galère qu'on lui impose.

    L'après-midi, un coup de fil à l'ambassade, vite, 6 avions sont mis en place, "Val, vas voir", elle ne trouve rien, tout est vendu de suite.

    Pour avoir Whatsapp, nous passons notre temps au café de Brahim où il y a la Wifi.

    Lundi: coup de fil de Val à 6h (5h en France), vite, vite, à AGADIR, nous partons aussitôt.

    Des vols sortent, à tous les prix, surtout les plus fous, impossible d'acheter des billets, tout est pris aussitôt.

    On se pose des questions, comment est-ce possible ?

    Puis on se souvient qu'à l'aéroport, il y avait plein de bus, en fait, ce devait être les tours opérateurs qui réservaient à tour de bras et les particuliers comme nous arrivaient toujours en retard.

    Nous retournons donc à l'hôtel Bahia, d'autres Français s'y trouvent, tous dans la même galère.

    Val a l'idée géniale de mettre toute la famille au boulot via un groupe Whatsapp pour trouver des billets.

    Enfants, neveux, frère, sœur, ils se retrouvent à une dizaine à chercher des billets et tenter leur chance, toujours pour le même résultat: RIEN !

    Val, en chef de file, donne ses instructions, chacun prend en charge une personne, en priorité Yves et Christophe, moi en dernier ! ?? (à l'intérieur de moi même, je me dis: veut-elle se débarrasser de moi ?? Non, elle a raison, je vais dans son sens, je connais beaucoup de monde au Maroc, ça paraît plus logique)

    Nous allons boire un thé au café d'en face de l'hôtel, une rumeur court comme quoile Roi du Maroc va faire fermer tous les restaurants et cafés du pays à 18h.

    il est 17h30, le serveur nous dit: "Pas possible, nos repas sont prêts, on ne fermera pas"

    Finalement, 18h, la police arrive, pas de discussion, tout sera fermé en moins de 15 Mn, ainsi que la plupart des commerces.

    Qu'est-ce qu'on va manger ?

    Ce sera: Pommes, Dattes, Bananes (5 fruits et légumes par jour, c'est bien la 1ère fois que l'on prend cet adage à la lettre) et aussi un peu de Vache qui rit pour diversifier notre menu.

    Mardi: toujours RIEN !

    A l'ambassade, que je contacte tous les jours, j'ai à faire avec des dames très sympathiques, mais qui sont autant désolées que nous de n'arriver à rien.

    Il faut savoir que l'ambassade et l'état Français négocient tous les jours la possibilité d'envoyer des avions, et qu'en réponse, l'état Marocain voudrait éviter d'importer ce fameux virus, ils essaient de se protéger, si le virus arrive en Afrique, ça sent la catastrophe, le système de santé n'est pas le même que chez nous, et surtout les moyens sont différents.

    Je me rappelle ce que m'a dit Brahim lors d'une discussion à ce sujet: Nous au Maroc, quand une personne est malade, automatiquement, toute la famille et amis viennent lui rendre visite pour la soutenir, c'est comme ça, comment peut-on changer ça ?"

    Inquiétant !!

    Pendant ce temps, toute la famille s'y met, et l'après-midi, ça y est, des vols sont mis en ligne.

    Tous se jettent dessus, ils sont à fond, nous, on suit ça sur Whatsapp,

    ça y est, mon neveu de Hollande dit: "j'ai un vol", mon gendre sur Paris: "moi aussi", mon frère sur Paris aussi: "moi aussi", Val: "J'ai", tous sont à fond, Cyril, dans la Drôme s'y met aussi, Olivier (neveu) dit:

    "j'ai un billet, me reste plus qu'à payer", Laurent (gendre): "moi aussi", Alain, mon frère: je les vois, j'y vais ?", Affolement général, ça y est, Olivier et Laurent ont 2 billets, le calme revient, il n'en reste déjà plus, petite discussion, les 2 billets sont pour la même personne, AÏE, petit loupé, Olivier dit à tout le monde: "je vais changer le nom", c'est ce qu'il essaie de faire, surcoût: 390€ pour des billets à 159€ au départ.

    Pendant ce temps, Alain se débat pour acheter un billet et le payer, mais à chaque fois pas assez vite, les jeunes lui expliqueront comment faire plus vite, le fossé se creuse entre les générations !

    Ici, à AGADIR, on a compris que Christophe a un billet, mais quelques minutes après, l'info tombe, ce n'est pas lui mais Yves qui va pouvoir partir demain pour ORLY, et on en aurait d'autres pour Christophe et moi, mais seulement pour Jeudi. 

     Mercredi, en accompagnant Yves à l'aéroport, lui, passera sans soucis, mais nous, Christophe et moi, on se retrouve à nouveau bloqués: explications du bonhomme dans sa cage en verre (je le plains, c'est toujours le même depuis plusieurs jours): "vos billets ne valent rien, ils doivent commencer par: TO 20.., si c'est pas ça, vous pouvez tout recommencer". 

    Les autres billets ont en fait été achetés sur Expédia, et c'est un vol annulé mais que le site n'a pas enlevé, comme beaucoup d'autres... Là, faut pas craquer, on peut encore acheter des billets de vols imaginaires !

    J'appelle l'ambassade à nouveau, ils nous disent: " Trouvez un vol à tout prix pour Jeudi, après, c'est fini."

    Mais qu'est ce qui est fini ????

    On est bloqués ? On reste combien de temps ? Et où ? Le Maroc est en train de se refermer sur lui même, bientôt, on ne pourra plus se déplacer, et même revenir sur AOULOUZ sera compliqué.

    Tout ça commence à bouillonner dans nos petites têtes, est-ce le régime Pommes/Bananes ?

    Tout le groupe Whatsapp s'organise pour faire une veillée la nuit prochaine, en effet, on espère que la nuit il y aura moins de monde pour acheter les billets. Du coup, un prendra sa permanence de 22h à minuit, le suivant de minuit à 2h, ainsi de suite...

    Sur ce, avec Christophe, nous voyons arriver des "cosmonautes" à l'hôtel,

    PERIPLE MAROCAIN "3"

     

    des Français Alsaciens qu'on ne voit plus dehors depuis 2 jours se sont confinés dans leurs chambres, suspectés d'être atteint par le virus.

    Là, tous les 2, on se regarde et on se dit qu'on est foutus, non seulement on ne pourra plus partir, mais en plus, on va être confinés aussi.

    Ils emmènent une femme avec eux et disparaissent.

    On essaie de se rassurer, avec le départ d'Yves, nous en sommes déjà à 33% de réussite, c'est bien, n'en reste plus que 2 !! 

    Nous restons à l'hôtel, plus de thés possibles, je peux vous dire que le Maroc sans thé, ni cafés ni restos et presque plus personne dans les rues, ça fait drôle et c'est beaucoup moins intéressant que d'habitude.

    En fin d'après-midi, reprise des activités Whatsapp, re-affolement général, des avions arrivent, faut pas se rater. Tous se jettent à nouveau sur les billets, mais ce coup-ci, que sur les vols Transavia au départ d'Agadir, commençant par TO20.. Comme hier, les jeunes arrivent en tête avec 2 billets pris, payés et avec le bon N° . OUFFFFF

    Les "vieux" se battent avec leurs ordis puis abdiquent, on s'en fout, avec Christophe, on a nos sésames pour Demain matin.

    Un petit exemple : 

    PERIPLE MAROCAIN "3"

      PERIPLE MAROCAIN "3"  PERIPLE MAROCAIN "3"

    Histoire qu'on ne déstresse pas trop vite, revoilà nos cosmonautes qui viennent désinfecter tout l'hôtel avec des pulvérisateurs thermiques, mélange d'odeurs d'essence brûlée et de produit décontaminant,  et ausculter une Alsacienne.

    Nous ne sommes pas loin et nous écoutons: "température: 35,9, vous toussez ?  NON, vous avez mal à la tête ?  NON, avez-vous du mal à respirer ?  NON,

    Bon là, avec Christophe, on se demande quel plan ils nous font les Asalcos ??? On est pas en France, on arrête de couiner pour un oui ou pour un non !

    Repas du soir: Pommes/Bananes/Vache qui Rit, bagarre avec les téléphones pour avoir une image correcte des billets d'avion, nous ne pouvons pas imprimer, les Cyber-cafés sont fermés et pas d'imprimante à l'hôtel.

    Jeudi:

    6h du matin (locale), debouts, nous avons une demie heure pour arriver avant 8h à l'aéroport, bon, on a pris large, mais dans ces cas là, on ne calcule pas, on arrive à l'avance, rappelez vous, on nous a annoncé que c'est le dernier jour, et en plus on imagine la foule qui va y avoir, entre ceux qui ont des billets, ceux qui en ont aussi, mais pas bons et ceux qui n'ont rien du tout et qui imaginent que des avions vont venir les chercher gratuitement.

    En passant, on laisse la voiture sur le parking, les clés dans la boîte à gants, les Marocains ne sont pas "lève tôt".

    Finalement, nous passerons tous les contrôles et postes rapidement, douanes, etc... Nous aurons même le temps de faire nos petites courses au Duty Free, tabac (je vous dis pas ce que j'ai fumé ces derniers jours) et des After Eight pour Valérie, 3 boîtes, elle le mérite bien.

    Nous décollons dans une ambiance tendue, les gens se regardent de travers, faudrait pas qu'il y en ai un qui ait le virus, en même temps, à plus de 150 personnes dans un avion, on est plutôt dans le partage.

    L'arrivée à ORLY est étrange, personne dans l'aéroport, Laurent vient nous chercher, étant pompier de Paris en tenue, il peut se déplacer sans trop de problèmes, sans exagérer non plus.

    Il nous ramène chez lui où nous retrouvons Yves arrivé la veille. Sandy et Raphaël nous accueillent et sont heureux de nous voir après tant de péripéties. Quelques bises (tant pis pour le confinement, et nous voilà repartis en direction de la Gare de Lyon. Sandy et Yves ont réservé 3 places Paris-Marseille, arrivée vers 21h45.

    Nous voilà dans le TGV, tout le monde a des billets pour la voiture 15, tous les autres wagons sont vides, nous allons nous installer tous les 3 dans un autre wagon, et pour être sûrs d'être tranquilles, nous mimons une grosse toux bien "grasse", nous serons tout seuls pour le voyage.

    Nous filons à près de 300 KM/h alors que nous avons encore quelques doutes: y aura t'il des navettes pour aller de la gare St Charles à l'aéroport de Marignane ?

    Nous arrivons à Marseille, il n'y a pas foule dans la gare, juste quelques policiers qui contrôlent nos "laisser passer" (merci Sandy de nous les avoir fournis ainsi que le gel et les masques), et la plupart des portes sont fermées, du coup, nous voilà obligés de faire tout le tour de la gare à la recherche du parking des navettes. Nous le trouvons au bout d'un moment, mais, pas de bus.

    Renseignements pris, la dernière part à 22h10, et nous la voyons arriver. Le chauffeur très sympa descend de son bus, un Marseillais dans le plus pur style, on a bien rigolé, il nous explique que d'habitude, ils sont 30 chauffeurs, mais maintenant plus que 8, BONNE MÈRE !!

     

    Enfin, nous démarrons, direction l'aéroport, où nous arrivons, personne, on va chercher la voiture d'Yves, un petit supplément pour la sortir, nous avons 3 jours de retard, pas grave, ça fait quelques jours qu'on a arrêté de compter .

    Nous prenons la route, puis l'autoroute, ambiance étrange, que des camions, pas de voitures, direction l'Ardèche, via BOLLENE pour déposer Yves, et passage à VOGÜE pour déposer Christophe et enfin la maison à 2h du matin.

    Une journée bien éprouvante, une semaine pleine d'aventures, mais nous croyez vous découragés ??

    Que NENNI,

    Nous espérons bien retourner là-bas rapidement pour retrouver nos amis, leur accueil, leur sympathie, et un jour, j'en suis sûr, on pourra y rouler avec nos anciennes.

    Pour finir, en ces temps un peu spéciaux, j'espère vous avoir fait faire un joli petit tour au Maroc,

    je remercie vivement tous ceux qui malgré eux se sont retrouvés derrière leur ordi à chercher d’hypothétiques billets d'avion, j'en suspecte quand même quelques uns, les jeunes en particulier, d'avoir pris ça pour un nouveau jeu vidéo: A la recherche du GRAAL ou du billet fantôme.

    Merci à Alain, Marie-Hélène, Olivier, Laurent et Sandy, Cyril et Stéphanie, Cathy, Abdallah.,

    et surtout Valérie en chef d'orchestre. happy

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  • N'hésitez pas aller visiter le site de Henri, "faites pour rouler" qui a fait un très beau reportage sur cette nouvelle aventure : 

    Cliquer ici

     

     L'album photo : cliquer ici pour le voir 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires